Accueil Date de création : 25/06/07 Dernière mise à jour : 31/03/14 21:04 / 154 articles publiés

Spécial : 25 ans de Final Fantasy  (Divers) posté le samedi 01 décembre 2012 01:00

Blog de mrcroft :FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), Spécial : 25 ans de Final Fantasy

 

      Cet article-hommage constituait l'OST du mois de décembre 2012, rédigé dans le cadre des 25 ans de Final Fantasy.

 

Final Fantasy IV – The Prelude

    En 1991, une ère nouvelle se profilait avec Final Fantasy IV. Sans vouloir négliger les trois premiers épisodes, l'on peut considérer FFIV comme le réel départ de la série telle qu'on la connaît aujourd'hui, celle qui promet à chaque nouvel essai une histoire féerique, comblée par des personnages au background et à la personnalité variées. A l'époque, ce jeu était défini comme l'aventure épique par excellence pour tous possesseurs de la Super Famicom, mais n'est-ce pas le cas encore aujourd'hui ? De l'amour, de l'amitié, de la confiance souvent ébranlée par les complots, les trahisons, de la peine causée par le sacrifice d'un ami, des rassemblements pour combattre les menaces, des voyages jusqu'au bout du monde, et même jusqu'à la lune... Avec le recul, toutes ces grands faits scénaristiques paraissent invraisemblables pour un jeu d'époque, mais Final Fantasy IV l'a fait, faisant naître l'émotion dans les pixels. Pour cela, il ne sera jamais un jeu démodé, et sera toujours là pour celui qui voudra revenir aux fondamentaux sans y perdre ce qu'il aime dans le RPG d'aujourd'hui.

    Toute la magie de Final Fantasy IV se retrouve dans son OSV. Les sonorités y sont encore primaires, la machine n'étant pas totalement domptée, mais le talent pour les mélodies de Nobuo Uematsu compense nettement cette faiblesse. La magie de FFIV, disais-je, on pourrait même la retrouver toute entière dans son Prelude, l'un des plus beaux et des plus sincères qui soient à ce jour. Et là encore, malgré les limites sonores. Le son y est enveloppant, magique, prompt à éveiller notre fibre nostalgique et à la faire vibrer avec les notes en cristal de ce conte mélodieux.



Final Fantasy XII – Eruyt Village

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

     FFXII est l'exemple-type du jeu qui s'est fait durement attendre avant sa sortie, et ce à coups de reports nombreux et frustrants. C'est simple, le jeu devait sortir en 2003... 2004... 2005, toujours rien... En fait, le jeu ne sortira au Japon qu'en 2006 ! Mais ce long développement aura donné un des épisodes les plus aboutis de la série. Abouti, mais aussi différent. Ancré dans l'univers d'Ivalice, FFXII rentre alors davantage dans la série de jeux de Yasumi Matsuno (FF Tactics, Vagrant Story...) que dans celle imaginée par Sakaguchi et Kitase. Mais au fond, tous ces jeux sont du même bois, pourvus d'une même volonté d'immerger le joueur dans une aventure épique aux limites de l'imaginaire.

    Différent, FFXII l'est aussi dans sa musique. Nobuo Uematsu cède définitivement sa place et c'est Hitoshi Sakimoto qui reprend le flambeau dans cet épisode, dont le style figure en composante indétachable de l'univers d'Ivalice. La très belle musique du village d'Eruyt représente bien son travail, avec cet appel à la harpe et aux violons chatoyants. Sa délicatesse cristalline est un havre de paix, une digression aux remous de l'extérieur, où se relayent les chants des esprits de la forêt.



Final Fantasy VIII – Fisherman's Horizon

 

   Final Fantasy VIII... pour moi, c'est l'épisode par lequel tout a commencé ! Le RPG, la musique de jeux vidéo, l'intégration de l'art... tout autant de notions qui nous initient à la vie, à ses merveilles et à ses difficultés, entre espoirs et illusions. L'histoire d'amour entre Linoa et Squall et la trame qui s'articule autour offre un relief beaucoup plus profond qu'il n'y paraît, liant de manière subtile la force de la relation humaine et la perception du monde que l'on se fait à travers elle. Pour cela et pour d'autres choses, FFVIII est une œuvre mature dans le prolongement de son prédécesseur, vouée à la science-fiction et douée en cela d'une autre dimension dont on n'a pas toujours conscience. C'était en 1999, dans la pleine expansion d'une nouvelle génération de jeux. Square suit le mouvement, l'anticipe même, voire le dirige.

    Eh oui, FFVIII est aussi le point de départ pour moi d'une longue aventure qui n'est d'ailleurs pas prête d'être achevée : la VGM. Ebloui par les compositions de Nobuo Uematsu, que j'entends pour la première fois, je sentais que je vivais là quelque chose de grand, quelque chose qui allait m'accompagner dans ce qui était encore ma phase d'adolescence. Mais qu'importe, nous parlons là de la musique de Final Fantasy VIII. J'ai toujours pensé que l'univers du jeu rendait difficile le fait d'imaginer une musique pour l'animer, mais Uematsu a toujours su trouver la note juste, le son qu'il fallait, à chaque instant. Fisherman's Horizon est l'un de ces sons-là, imaginés à partir de rien, pour construire un paradis. FFVIII instaure aussi avec Eyes on Me la tradition de la chanson-thème.



Final Fantasy II – Chocobo Theme

    Bien avant Final Fantasy VI et surtout Final Fantasy XII, le second épisode datant de 1988 traitait déjà d'une histoire de rebelles contre l'empire. Si vieux FFII puisse-t-il être, son histoire étonne par l'engagement scénaristique dont il fait preuve, surtout après son illustre mais manichéen prédécesseur... et avant l'épisode qui lui a succédé, également ! Malgré ses nombreuses rééditions, ce second chapitre a reçu peu d'attentions auprès des fans de la série, tout du moins à l'époque actuelle car à sa sortie, le succès japonais était bien au rendez-vous. Sans doute a-t-il mal vieilli, et je ne serais pas surpris que la cause soit ce système de combat trop différent du système de progression habituel, qui en a répulsé plus d'un. Mais s'il y a bien un élément de FFII qui n'a pas vieilli (ou presque), c'est bien la musique !

    Nobuo Uematsu a composé pour Final Fantasy II quelques unes de ses meilleures mélodies, pas si nombreuses mais dotées tour à tour d'une force, d'une mélancolie et d'un héroïsme qui défient les compositions d'aujourd'hui ! Ainsi le magnifique thèmes des armées rebelles, la musique du dernier donjon, l'épilogue, le thème principal et celui des combats demeurent aujourd'hui des standards ! Alors du coup j'ai opté pour un extrait moins parfait, certes une mélodie plus connue mais qui nécessitait à l'époque d'être encore développée, je parle bien sûr du cultissime thème des chocobos ! C'est en effet dans Final Fantasy II qu'il fait sa première apparition ! Pensait-on à l'époque qu'il aurait autant d'avenir ?



Final Fantasy V – The Evil Lord Exdeath

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

    J'ai toujours considéré FFV comme un épisode transitoire, celui qui marque la fin de la génération old-school pour entamer une série de jeux plus étoffés. Exit dès lors les traditionnelles quêtes des quatre cristaux avec un gameplay basé sur des jobs, FFV les reprend pour la dernière fois. Mais loin de s'en tenir aux acquis, ce cinquième volet intègre de nouvelles particularités dans le système de combat, notamment en faveur du susnommé système de jobs qu'il améliorera avec des possibilités stratégiques inédites. Il est en ce sens le premier épisode qui assouplira le système de customisation des personnages en laissant le choix des compétences d'action et de soutien pour les protagonistes, selon un système de progression bien pensé. En outre, le scénario, simple en apparence, offre une cascade de rebondissements et de scènes tragiques émouvantes, moins nombreuses mais plus sincères et mieux mises en scènes que dans FFIV. Un progrès aussi discret que réel, sur tous les plans. Et comme il n'y a pas de hasard, c'est aujourd'hui que FFV fête ses... 20 ans ! Un Happy Birthday avant l'heure Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

    Parce que la musique suit toujours le jeu, l'OSV de FFV est témoin de l'évolution musicale de la série, perceptible rien que sur la génération SNES. Il suffit de constater le nombre de CD pour chaque OSV, il y en a un de plus à chaque nouvel épisode de cette trilogie (FFV OSV en a deux). J'ai longtemps mal considéré la musique de Final Fantasy V mais Dieu sait que je le regrette aujourd'hui. Discrète, sincère, mélancolique, ses caractéristiques sont diverses mais le terme qui conviendrait le mieux serait sans doute la nostalgie. Rien à voir cependant avec l'extrait choisi ! Pas de nostalgie, mais un des thèmes de bad guy les plus délirants de la VGM !



Final Fantasy IX – Ruins of The Madain Sari


    FFIX, c’est un opus qui a avant tout profondément divisé les fans. Retour aux sources réussi pour certains, véritable déni pour d’autres, les forums de discussions sont encore aujourd’hui théâtre de déchirements à propos de ce jeu. En tant que dernier jeu de Square sur la PS1, FFIX se veut un véritable canon graphique, et il l’est : je suis encore sous le charme de cet univers vaste et haut en couleurs. FFIX est un jeu que l’on aimera parcourir pour la force de son background et pour ses personnages exceptionnellement attachants. En outre, la sortie en 2000 de FFIX fait de cet épisode un fin de cycle symbolique qui pourrait justifier son statut de retour aux sources. C'est là le point final d'une génération, celle des FF de la PS1, et mais aussi celle des « anciens » Final Fantasy, ceux des années 90. Un point de non-retour ?

    La musique de cet opus est unanimement reconnue, tout comme l’est cet incroyable Ruins Of The Madain Sari. Dans cette musique, l’on assiste à un glorieux retour de la flûte de pan, et dans un de ses meilleurs crus. L’ambiance retranscrite ici est tout bonnement impeccable, on s’imagine facilement dans cette ville fantôme, errant parmi les colonnes effondrés et les murs remplis de peintures rupestres. Peut on vraiment faire vivre autant de chose à travers une musique, si l’on ne s’appelle pas Nobuo Uematsu ?



Final Fantasy VI – Searching for Friends

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

     FFVI est un jeu qui a marqué l’histoire à plus d'un titre, et ce dès sa sortie en 1994. Ultime opus officiant sur les consoles Nintendo, il est aussi sans doute l’apothéose des six premiers volets de la saga. D’aucuns argueront que c’est par ailleurs l’apothéose de la saga tout court, mais nous retombons là dans un vaste débat FFVI/FFVII qui n’a pas place ici. Quoiqu’il en soit, FFVI restera à jamais dans les mémoires pour son scénario audacieux et son ambiance follement attachante, le tout porté par son inénarrable héroïne, Tina Brandford (ou Terra en VA), qui prête également son nom au non moins inénarrable Main Theme du jeu.

    Mais ce n’est pas de cette piste que nous allons parler, car vous la connaissez trop bien. C’est plutôt de Searching For Friends dont j’aimerais chanter les louanges, cet incroyable thème de Map qui retranscrit un espoir sans borne dans un monde où ce sentiment semblerait banni. Le résultat est étonnant, porté notamment par une basse majestueuse, bien rare dans la musique SNES. Poétique, enchanteur, envoûtant même, les qualificatifs ne manquent pas. A vous de trouver le vôtre, en vous laissant porter par ce chant d’espoir de Celes et Tina.



Final Fantasy XIII – The Vestige

 

   L'épisode rebelle. Beaucoup de changements, beaucoup de choix draconiens, beaucoup de prises de risques, sûrement trop pour le descendant d'une fratrie trop bien installée. Mais Final Fantasy XIII captive malgré tout par la beauté millimétrée des environnements, le scénario entraînant et le dynamisme des combats. Sans temps mort, l'histoire de FFXIII est un train en marche qui conduit inéluctablement ses passagers vers leur sombre destin, une marche forcée dont ils doivent se défaire s'ils veulent réécrire leur propre histoire. FFXIII, c'est cela, une grande métaphore reconnaissable au premier chapitre et à son train de mort dont toute la clé du scénario consiste à le faire dérailler. Le tout est servi par une réalisation de très haut niveau : les graphismes sont époustouflants, et trouvent leur apothéose dans la splendide steppe de Pulse qui reste à ce jour ce que j'ai vu de plus beau sur mon écran de télé... C'était en 2009, quand le mythe du Fabula Nova Cristallis battait son plein. FF se trouvait à une époque charnière, qu'elle n'a pas encore vraiment quittée. Le futur est toujours en marche.

    Aussi controversée que le jeu, l'OST composée par Masashi Hamauzu n'a pas satisfait toutes les oreilles. C'est une conséquence à laquelle il fallait s'y attendre, la musique de Hamauzu étant très sophistiquée pour un aussi grand public. Il est aussi possible que la musique de FFXIII ne soit pas vraiment taillée pour un jeu, d'ailleurs beaucoup de morceaux ne révèlent leur potentiel qu'en dehors. Mais quiconque prêtera une attention réelle pour cette bande originale y trouvera une musique très justement mesurée, finement travaillée et riche d'originalité. C'est alors que l'envoûtement commence, et pas avant ! The Vestige, sublime musique de donjon, relève bien de cette délicatesse qu'on ne peut pas ressentir si l'on se contente de foncer tête baissée dans le jeu. Dans le cas contraire, c'est un univers qui s'ouvre à vous !...



Final Fantasy III – Battle 1 ~ Fanfare

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

   Dernier chapitre de la génération NES, FFIII restera un épisode mystérieux pour bon nombre de joueurs jusqu'à sa ressortie sur DS en 2006. La technique ultra-rétro du jeu de l'époque, datant de 1990, fait que bien peu de monde n'aura voulu s'y essayer... il est tellement plus simple de jouer à son remake, bien plus agréable et coloré ! Mais en bon aventurier que je suis, j'ai tenté l'expérience et découvert en ce FFIII d'origine des bases de plus en plus concrètes en terme de système de combat, les prémices élémentaires dont on aurait du mal à se dispenser aujourd'hui : les invocations, les jobs changeables à tout moment, les points de dégâts affichés sur le terrain... de mon point de vue de joueur, tout cela paraissait avant-gardiste et c'était un singulier plaisir de tâter de ces techniques que l'on pense modernes sur un jeu si vieux. FFIII est bien la fin d'un premier cycle, traînant les vieux démons d'une console dépassée mais portant des ambitions fortes en terme de gameplay qui se verront reprises dès la génération suivante. Un renouveau avait déjà débuté, le premier même.

    La musique, elle, est dans la lignée des deux OST qui la précèdent. Pour autant Uematsu ne campe pas sur les thèmes épiques de FFI, ni sur les airs tragiques de FFII, mais initie une forme de douceur mystique qui habite en particulier les nombreux Town Theme du jeu. Les combats sont quant à eux accompagnés de morceaux exceptionnellement très motivants, tous autant qu'ils sont, à commencer par son célèbre Battle 1 auquel a été raccrochée la plus bien célèbre encore fanfare de victoire, une récurrence dans la série.



Final Fantasy XI – Kazham

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

     FFXI, c’est l’histoire d’un jeu incroyablement boudé par les européens. Pas de version PS2 en Europe, une version PC en retard (2002 au Japon, 2004 chez nous) et surtout « l’audace » de Square de vouloir sortir un MMORPG Final Fantasy : il n’en a pas fallu moins pour ériger ce jeu en haute trahison et le traîner dans la boue. Et pourtant, une énorme partie du public américain a été conquise par ce jeu, un MMORPG densément scénarisé et à l’ambiance extrêmement travaillée. Mais une chose est sûre, FFXI est un jeu différent et restera à jamais à l’écart de la série principale. D’ailleurs, peut-on vraiment parler d’un jeu, avec ses multiples extensions, voire même ses serveurs qui influent grandement sur l’expérience ?

     Et à jeu tentaculaire, OST tentaculaire. Kazham n’est pas une musique de l’OST originale mais de celle de la première extension, Rise of the Zilart. Alors que les compositions de Mizuta dans la première OST étaient plutôt décevantes, il nous bluffe ici avec cet incroyable Town Theme débordant de vie et interprété avec une force vraiment poignante dès son ouverture. A noter aussi une très belle reprise de la part des Star Onions qui mérite d’être écoutée à la suite.



Final Fantasy X – Via Purifico

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

    Premier épisode de la PlayStation2, FFX est sorti en 2001 au Japon, soit un an après FFIX... de quoi regretter cette époque où un épisode sortait tous les ans (non, je n'ai pas parlé de Versus XIII, c'est pas mon genre de provoquer) ! On a beaucoup reproché à FFX sa linéarité (non, je n'ai pas parlé de FFXIII, arrêtez de...), mais c'est oublier tous les rebondissements qui composent l'aventure, sans parler de l'immense puissance émotionnelle d'un scénario qui lui n'a rien de linéaire. La qualité de la mise en scène permet une immersion totale dans l'action, et rend compte de l'intensité des nombreux événements qui bouleversent le cours de l'histoire parmi lesquels le terrible assaut contre Sin sur les falaises des Mycorocs, l'attaque savamment programmée à Luca ou encore l'invasion de Bevelle en pleine cérémonie de mariage... FFX est aussi une étape importante dans l'évolution de la série, avec entre autres les scènes désormais doublées, la caméra en mouvement hors des combats (finie la fausse 3D) ou la musique qui n'est plus à la seule charge de Nobuo Uematsu.

    En effet, l'OST de FFX est le fruit de trois talents, le premier bien connu étant donc rejoint par Junya Nakano et Masashi Hamauzu. Le tout s'avère ambitieux et offre une des plus mémorables OST de la saga, dont le mondialement célèbre To Zanarkand qui lui sert d'introduction. Mais à cette occasion, j'ai souhaité privilégier le second solo au piano du jeu, non moins excellent que le premier mais qui n'a pas la chance d'être joué pendant l'écran-titre. Via Purifico (on l'appelle aussi Road to Purgation), c'est cette terrible amertume qui ronge l'intérieur, qui nous ramène à notre condition comme elle rappelle les personnages de FFX à leur devoir. Le malheur finit par être banni mais la beauté musicale, elle, reste !



Final Fantasy VII – Cosmo Canyon

 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

   Tout ce que j'ai dit sur Final Fantasy VIII est ce que ressentent probablement la plupart des fans pour Final Fantasy VII, illustre épisode qui a popularisé la série dans le monde entier. Trop de place dans le cœur, trop d'émotions, trop de ces choses emplissent l'âme de tous ceux qui découvrirent, en 1997, la magie du RPG à travers l'un de ces principaux ambassadeurs, marquant d'une pierre rouge l'appartenance d'un public à un certain genre. Les magiciens s'appellent Hironobu Sakaguchi, Yoshinori Kitase, Nobuo Uematsu, Tetsuya Nomura... des pointures qui signèrent ensemble le jeu sorti au bon moment sur la bonne console, heureux hasard d'un succès planétaire, mais toutefois bel et bien mérité. Au-delà d'une quête héroïque pour sauver la planète de ses diverses menaces, une histoire riche et condensée font se croiser des personnages hauts en couleur, des environnements enivrants de beauté et un gameplay qui brûle le génie.

    La musique suit le mouvement en s'adaptant à un monde plus vaste, plus enclin à l'accueil d'une atmosphère bien calculée. Les mélodies de Uematsu se concentrent alors sur des thèmes emblématiques, porte-drapeaux de choix que personne ne pourra oublier, tandis que se répandent des ambiances aux mille saveurs. Celle de Cosmo Canyon est le parfum d'une paix retirée, guidé par une vocation spirituelle à écouter la planète et à la respecter. C'est ce que peut évoquer ce rythme tribal, l'appel aux indiens qui n'ont jamais fait qu'un avec la nature.



Final Fantasy – Opening Theme

 

    Ca y est, nous sommes le 18 décembre ! Joyeux anniversaire Final Fantasy !!

      Voilà désormais 25 ans jour pour jour que l'aventure a commencé, lorsque le dernier espoir d'une boîte de jeux vidéo débarqua en 1987 au Japon sans imaginer qu'il sortirait définitivement son créateur d'un dépôt de bilan assuré ! Bien plus encore, cette boîte que l'on pensait finie est devenue l'une des plus grandes sociétés de toute l'industrie vidéo-ludique ! Lorsque l'on remonte la chaîne depuis son point d'ancrage, on voit en ce jeu de la dernière chance un incroyable destin. Son succès inattendu a promis de nombreuses années de gloire, d'espoir, de bonheur et d'émerveillement tant à la série qui en a découlé qu'aux nombreux joueurs du monde entier qui l'ont approchée. Mais même encore aujourd'hui, on réalise difficilement que la profondeur des épisodes « récents » trouvent leur base dans un jeu aussi rudimentaire que le premier Final Fantasy... que tout le monde fuit à sa simple vue, d'ailleurs ! Mais dans la saga FF, il n'y a pas de petits épisodes, il n'y a qu'une grande histoire, et comme à toute histoire le premier chapitre est essentiel !...

     L'extrait choisi est ce bon vieux prologue que presque tous les épisodes ont repris à leur compte. Il n'a d'ailleurs pas vraiment de nom, mais sa mélodie est identifiable aux premières notes, comme un hymne. D'ailleurs, je l'ai toujours pris comme tel : un hymne, portant fier le drapeau de toute une génération de fans. Cette mélodie, comme le prélude, comme la fanfare de la victoire, comme l'intro des musiques de combat, comme la légende des cristaux, comme les potions, comme le sort Brasier... a 25 ans aujourd'hui !...



Final Fantasy XIV – Answers


 Blog de mrcroft : FF Souls - Critiques d'OST (Final Fantasy & Autres RPG), 25 ans de Final Fantasy

    Commémorer un 25ème anniversaire est important mais célébrer le passé ne doit pas prendre le pas sur le plus essentiel : penser à l'avenir. La saga FF a de beaux jours devant elle tant que des projets continueront de fleurir pour perpétuer le prestige, des projets qui rencontrent des obstacles plus ou moins nouveaux aujourd'hui et qui constituent les enjeux de demain. Rester dans la course, évoluer dans le juste milieu entre la continuité et l'évolution, survivre aux heurts de la critique et au poids d'un passé glorieux, toute cette pression pèse sur les prochains épisodes qui, délivrés des contraintes techniques spécifiques aux consoles antérieures, en recontrent de nouvelles. Les nouvelles tendances, les nouveautés mutliples sur le marché du jeu vidéo, la prétendue extinction du RPG JAP, tout cela pourrait avoir raison de Final Fantasy si Square-Enix agit maladroitement. Espérons que la voie empruntée pour Final Fantasy Versus XIII soit la bonne, car ce jeu se trouve sur une pente extrêmement dangereuse, annoncé trop tôt au public et trop attendu pour satisfaire toutes les attentes. Lightning Returns Final Fantasy XIII est également une prise de risque de par son gameplay qui promet d'être exceptionnel dans la série, avec une durée de vie courte pour des possibilités de jeu multiples qui s'annoncent comme les bases d'une expérience nouvelle et fort intéressante, à condtition d'être bien exploitées. Comme pour Versus XIII, Square devrait également réviser ses techniques de communication quand on voit ce qu'il se passe pour le portage HD de FFX, annoncé au TGS 2011 puis plus rien depuis. D'autre part, ce sont des soucis de localisation qui se doivent d'être résolus après le fiasco d'un Type-0 qui se fait durement attendre hors du Japon. Et enfin, il y a Final Fantasy XIV, qui tente une seconde chance avec A Realm Reborn, version du jeu née des cendres d'une première itération qui s'est avérée être un échec. Je ne sais pas où l'on compte nous mener avec cette quatorzième aventure, mais la musique quant à elle sera sûrement une réussite. L'OST se fait durement attendre mais les extraits disponibles sont sommes toutes alléchantes et ce n'est pas la chanson-thème du jeu qui me contredira !

 

 

     Square-Enix a évidemment profité des 25 ans de FF pour marquer le coup, avec entre autres un pack Ultimate Box qui englobe l'ensemble des treize épisodes principaux ou un autre qui regroupe tous les guides Ultimania. La musique n'est pas en reste et c'est Nobuo Uematsu lui-même qui a annoncé la sortie d'un double-album reprenant les plus célèbres musiques de la série à la sauce orchestrale, ce qui n'a rien de véritablement nouveau compte tenu de tous les arrangements symphoniques qui existent déjà (il y a quelques nouveautés, tout de même). Square a également sorti sur les plate-formes de téléchargement une série de musiques arrangées au format 8-bits, du moins pour les épisodes numérotés du VII au XI. Comme si tout cela ne suffisait pas, un autre album du nom de Final Fantasy Tribute ~Thanks~ est sorti récemment et propose les thèmes les plus emblématiques dans des styles divers, dont on doit la réalisation aux artistes japonais les plus en vogue du moment. Ah oui, et tout ce que je vous cite depuis le début de ce paragraphe sont des exclusivetés japonaises... Import, quand tu nous tiens !




partager

Déposez un commentaire !

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.
Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.227.12.4) pour vous identifier.     


1 commentaire(s)

  • Tomdu79130

    jeu. 10 janv. 2013 13:18

    Excellent article, c'est vrai que tous ces jeux et toutes ces musiques nous ont bercé a leurs manieres...


Accueil | PC | PS3 | 360 | Wii | 3DS | DS | PSP | IPHONE | Web |
Jeux du moment : Battlefield 3 PC | Battlefield 3 PS3 | Minecraft 360 | FIFA 12 Wii | FIFA 12 DS
ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à mrcroft

Vous devez être connecté pour ajouter mrcroft à vos amis

 
Créer un blog